Présentation

SONY DSC

Enfant, j’utilisais l’énergie pour mon propre bien-être, sans me poser de questions, c’était naturel. J’avais des communications avec les défunts, avec la nature, cela faisait partie de mon quotidien.

Adolescent, j’étais à l’école passionné par la Physique. J’ai fait des études d’ingénieur, spécialisé en transfert de chaleur à l’école ENSMA de Poîtiers puis j’ai travaillé trois années dans l’industrie de la métallurgie en tant que Chef de Projets à Grenoble.

Avec le temps, j’ai commencé à me dire qu’il fallait que je fasse quelque chose de ma sensibilité. J’avais des difficultés à vivre dans un environnement de travail qui génère beaucoup de souffrances (courir après le temps, après le téléphone, après un collègue, les pressions budgétaires…). J’avais envie de mettre les mains sur mes collègues ou de prendre le temps de discuter avec eux de leurs problématiques de santé. Mais il était clair que le cadre n’était pas adapté. J’ai alors commencé à regarder le corps concrètement plus en détails.  A étudier l’anatomie, à apprendre différentes techniques.

De 2013 à 2016, j’ai étudié le Massage Thaï et l’Osteothai à l’école Lulyani. Et donné plusieurs centaines de séances. Les enseignements parlant de la trinité Corps, Ame et Esprit m’ont fait du bien, et je me trouvais tel un poisson dans l’eau. Alors je laissais petit à petit la place à une pratique plus énergétique. Les cours de Rosemary Wallace en Cranio Sacrée Biodynamique m’ont aussi accompagné dans ce sens.

A 27 ans, suite à un voyage au canada, j’ai quitté l’entreprise. Désireux de travailler en tant que thérapeute et de développer un cadre de travail qui me corresponde.

C’est avec cette volonté, au fil des années écoutant ma sensibilité que j’ai délaissé le mouvement du massage thaï afin de revenir à une pratique uniquement énergétique.

Sportif depuis toujours, et utilisant l’énergie depuis mon enfance, j’ai au fil des années développé une écoute sur mon propre corps afin de libérer les tensions (articulaires…), d’apaiser les douleurs. J’ai pu vérifier, sur moi-même ce qui fonctionnait, et je continue de le faire au gré de mon évolution.